top of page
  • gozlancontact

L’économie, meilleure alliée de la paix entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie ?


Créer des liens économiques pour assurer la paix est un principe fondamental des relations géopolitiques. Le meilleur exemple est l’Europe occidentale qui est en paix depuis 1945 grâce à des accords politiques mais surtout économiques entre les États qui composent cette Union.


La création d’intérêts économiques communs est une piste crédible pour assurer la stabilité du Caucase du sud , en plus d’obliger chacun à reconnaître l’intégrité territoriale du voisin.


Lorsqu’on lit certaines déclarations des dirigeants de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie , il en ressort qu’ils ont un objectif commun : sortir le Caucase du sud de la situation de guerre qui dure depuis trop d’années.


L’Arménie a reconnu le Karabakh comme faisant partie de l'Azerbaïdjan et qu'elle a perdu le contrôle du Karabakh au cours des opérations militaires du mois de septembre. Cette perte territoriale lève le seul obstacle permanent à toute normalisation de ses relations avec l’Azerbaïdjan.


Les deux pays ont un objectif commun : sortir le Caucase du Sud, (l’une des régions du monde les moins dotées en infrastructures) de l’enclavement, et augmenter ses réseaux de connexion vers l’Asie et l’Europe.


Jusqu’à ce jour, la frontière entre l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Turquie est fermée et pour l’Azerbaïdjan, les exportations d’hydrocarbures vers l’Europe dépendent des possibilités de transit de la Géorgie.


La paix par l’économie


La paix économique entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan pourrait apporter de nombreux avantages :


Croissance économique : La stabilité favorise un environnement propice à la croissance économique. Les deux pays pourraient bénéficier d'une augmentation des investissements étrangers et d'une expansion de leurs secteurs économiques.


Échanges commerciaux : La fin des hostilités faciliterait le commerce transfrontalier, créant des opportunités d'exportation et d'importation. Cela pourrait stimuler les économies des deux côtés en élargissant leurs marchés respectifs.


Coopération économique : La région du Caucase est stratégiquement importante pour l'énergie. Une paix économique pourrait favoriser la coopération dans le domaine de l'énergie, facilitant la construction et l'utilisation de pipelines et d’infrastructures énergétiques.


Tourisme : La paix favorise le tourisme en éliminant les obstacles liés à la sécurité. Les deux pays pourraient bénéficier de l'essor du tourisme, attirant des visiteurs internationaux et stimulant les économies locales.


Créations d’emplois : Une économie stable et en croissance crée des opportunités d'emploi. La paix favoriserait la création d'emplois dans divers secteurs, contribuant à réduire le chômage et à améliorer les conditions de vie.


Infrastructures économiques : La coopération économique pourrait conduire au développement d'infrastructures transfrontalières, telles que des routes, des ponts et des liaisons ferroviaires, facilitant les échanges commerciaux et renforçant les liens entre les deux pays.


Stabilité financière : La paix économique contribuerait à la stabilité financière, renforçant la confiance des investisseurs et favorisant le développement du secteur financier.





Le corridor de Zangezur , opportunité de développement


Si les deux parties se mettent d’accord sur l’ouverture du corridor de Zangezur, ce dernier sera un moyen de relier ces deux pays à la Turquie, la Russie, l'Asie centrale, et l’Europe . Il est important de préciser que l’OTAN et la Russie sont favorables à l’ouverture de ce corridor. .

Le corridor de Zangezur permettra dans de brefs délais des échanges commerciaux entre les pays de la région grâce à une expansion des réseaux de transport . Cette ouverture favorisera aussi l’augmentation du transport international dans le corridor international « nord-sud » la corridor dit du « milieu ».

Suite à l’ouverture du corridor de Zangezur, l’attrait de la région pour des investisseurs ne sera que plus grand.


Des pays freins à la paix


La Russie peut constituer un frein à la paix . Il n’est plus à démontrer que Moscou a sciemment entretenu le “conflit gelé” du Haut-Karabakh et maintenu l’instabilité dans la région afin de conserver son influence et saborder les intérêts occidentaux en Eurasie.


L’Iran essaie depuis des années de renforcer son influence religieuse sur les citoyens d’Azerbaïdjan. Le Gouvernement de Bakou reste très ferme contre cette propagation islamiste. Pour les Mollahs, le rapprochement entre Bakou et Jérusalem est un crime et ils feront tout et pour que l'ouverture du corridor de Zangezur n'aboutisse pas.


La paix économique entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie et de l’ouverture du corridor de Zangezur pourraient créer un environnement propice à la prospérité mutuelle , favorisant la croissance économique, les échanges commerciaux et la coopération dans divers secteurs.



13 vues0 commentaire

Comments


bottom of page