top of page
  • gozlancontact

Les futures priorités du gouvernement Netanyahou

Le 1er novembre dernier les Israéliens ont élu une coalition qui sera dirigée par Benyamin Netanyahou. Que l’on soit d’accord ou pas avec la politique de ce dernier, il deviendra Premier ministre d’Israël.


Depuis quelques mois, le monde arabe est en pleine mutation. Nous observons que pour la coupe du monde de football, des vols directs ont été mis en place entre le Qatar et Israël, que les Accords d’Abraham ne sont pas que des accords sur le papier mais que de vrais échanges existent entre les pays signataires de cet accord.


Le plus grand changement vient du peuple iranien qui se soulève depuis plusieurs semaines contre le régime des Mollahs. Ce soulèvement se propage à tout le pays et, s’il aboutit à un changement de pouvoir, ses répercutions seront énormes sur le monde arabo musulman.


M. Netanyahou devra prendre en considération tous ces changements dès qu’il sera officiellement nommé Premier Ministre, il devra travailler sur deux axes importants


Renforcement de l’autorité palestinienne

La popularité de Mahamoud Abbas et donc de l’autorité Palestinienne est en baisse en Cisjordanie. De nombreux palestiniens ne voient pas en quoi les différents accords signés entre l’Autorité palestinienne et Israël sont un bien pour eux. M. Netanyahou devra aider l’Autorité palestinienne afin que cette dernière ne soit pas renversée par le Hamas. Pour ce faire, les deux dirigeants vont devoir travailler en intelligence pour, non seulement montrer les bienfaits de la paix, mais aussi pour que des entreprises israélo-palestiniennes soient créées. Comme nous le savons, on ne détruit pas ce que l’on a construit


Élargissement des accords d’Abraham

Les Accords d’Abraham signés en 2020 ont abouti à de nombreux échanges économiques et technologiques entre les pays signataires.


M. Netanyahou devra travailler pour que d’autres pays rejoignent ces accords. Le Soudan devrait être son premier objectif.


Le Soudan

Les relations entre Israël et le Soudan ont connu d’importantes évolutions depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Ennemis dans les premières années qui ont suivi l’indépendance du Soudan, les deux États se sont rapprochés dans les années 1970 sous le mandat de Gaafar Nimeiry, avant de reprendre les hostilités à partir de la fin des années 1980 lors de la prise de pouvoir d’Omar el-Bachir.


Le Général Mohamed Hamdam Dogolo, personnage clé de cette nouvelle alliance est le Vice-Président du Conseil Souverain Soudanais.


Ces dernières années, nous assistons à une détente entre les deux pays qui va jusqu’à une possible normalisation de leurs relations à partir de 2020 grâce en partie à l’influence de ce général

En février 2020, le Premier Ministre israélien, Benyamin Netanyahou rencontre le Président Abdel Fattah Abdelrahmane al-Burhan dans la ville d’Entebbe en Ouganda pour discuter d’une normalisation des relations entre les deux États.

En octobre 2020, le Vice-Président du Conseil Souverain Soudanais Mohamed Hamdan Dogolo déclare qu’Israël est un pays développé dont le Soudan a besoin de se rapprocher pour son propre développement. La semaine suivante, une délégation israélienne se rend à Khartoum pour discuter d’une normalisation entre les deux États.

Le 23 octobre 2020, Israël et le Soudan ont signé un accord par lequel les deux pays sont convenus de normaliser leurs relations.

Le 6 avril 2021, le Cabinet soudanais a approuvé un projet de loi abolissant la loi de 1958 sur le boycott d’Israël.

Les réactions à ce rapprochement israélo-soudanais a été salué par l’ensemble des nations

M. Mohamed Hamdam Dogolo souhaite pour le futur proche que les relations israélo-soudanaises dépassent les échanges militaires et qu’une coopération en matière d’agriculture, d’éducation, de santé, de technologies et de culture se mette en marche.

Si un homme peut aider à la normalisation entre les deux pays , il se nomme Abdel Rahim Musa

Abdel Rahim Mussa est l’homme fort du Sud-Soudan qui a des relations diplomatiques avec Israël mais est aussi le frère du Général Mohamed Hamdam Dogolo


Le général Abdel Rahim est convaincu que la clé de l'avenir du Soudan réside dans un tissu social solide, ancré dans la réconciliation tribale. Il a donné la priorité à la structuration et à la mise en œuvre de programmes visant a rétablir la paix et la stabilité et à unir les tribus historiquement en conflit. Il soutient également de nombreuses organisations à but non lucratif dans le pays, en particulier celles qui se concentrent sur l'éducation, les personnes déplacées et l'autonomisation des personnes.

Le général Abdel Rahim n'est pas seulement un militaire. Il est un entrepreneur à succès.

A la fin des années 1990, il a fondé une entreprise qu'il a ensuite transformée en l'un des principaux conglomérats du Soudan, avec des intérêts allant de l'élevage au pétrole et au gaz en passant par l'exploitation minière.




36 vues0 commentaire
bottom of page